Audience solennelle de rentrée - Cour d'appel d'Aix-en-Provence

Audience solennelle de rentrée - Cour d'appel d'Aix-en-Provence

Audience solennelle de rentrée – Cour d’appel d’Aix-en-Provence

Ce matin j'ai assisté à l'audience solennelle de rentrée de la cour d'appel d'Aix-en-Provence, deuxième cour d'appel de France après celle de Paris. En présence du Préfet Pierre Dartout, des présidents et des procureurs des juridictions du ressort de la cour, des autorités civiles et militaires et de nombreux avocats aixois, le Procureur général Robert Gelli a tenu à rappeler les priorités de son action, à savoir la lutte contre :

- le terrorisme et la radicalisation

- le crime organisé

- la délinquance économique et financière

- le racisme, l'antisémitisme et les discriminations

Il a en outre insisté sur les coopérations internationales mises en place entre les juridictions, tant au niveau européen que méditerranéen, permettant une lutte plus efficace contre la délinquance. La première rencontre des Procureurs généraux de la Méditerranée, qui a eu lieu à Aix-en-Provence en décembre dernier, est un pas important en ce sens.

Le Premier président Eric Négron a lui souhaité revenir sur les grands chantiers en cours, comme la création récente des pôles sociaux au sein des tribunaux de grande instance, le travail mené pour la numérisation ou encore les projets immobiliers illustrés par la pose de la première pierre du futur tribunal d'Aix-en-Provence par la Garde des Sceaux le 7 mai dernier.

Il a aussi rappelé la création récente d'une quatrième section d'assises, qui permettra de juger dans des délais plus courts les dossiers criminels mais qui fera aussi peser une lourde charge sur le commissariat de police d'Aix, qui devra mettre à disposition de nombreux fonctionnaires pour la sécurisation et le bon déroulement des travaux de la cour.

Enfin, avant de déclarer la nouvelle année judiciaire ouverte, le Premier président a souhaité évoquer le droit à l'erreur institué par la loi pour un État au service d'une société de confiance, et la nécessaire bienveillance devant guider l'action des magistrats et des différents autres serviteurs de l’État.

Close