Au travail pour lutter contre l'artificialisation des sols

Au travail pour lutter contre l'artificialisation des sols

Au travail pour lutter contre l’artificialisation des sols

Aujourd’hui s’est tenue au Ministère de la Transition écologique et solidaire une réunion du groupe de travail sur l’artificialisation des sols.

Sujet fondamental, l’artificialisation des sols pèse aujourd’hui sur les forêts, les terres agricoles et la biodiversité. C’est pourquoi dans le cadre du plan biodiversité, le Gouvernement a posé l’objectif de zéro artificialisation nette.

Organisé en 6 ateliers tout le long de la journée, cette réunion a permis d’aborder 6 enjeux fondamentaux pour atteindre cet objectif :
1. Connaissance
2. Planification
3. Compensation
4. Modèles économiques et fiscalité
5. Ingénierie
6. Communication

Ces 6 problématiques de l’artificialisation sont autant d’obstacles que nous devons collectivement surmonter. Il est ressorti de cette journée de travail des axes de progression et des mesures concrètes qui dans les semaines à venir seront présentées en Conseil de défense écologique.

Parmi ces mesures voici celles qui me paraissent être les plus intéressantes à mettre en œuvre :

  • Développer le marché de l’occasion ;
  • Mener des bilans territoriaux pour associer les populations à la poursuite de l’objectif Zéro artificialisation nette ;
  • Insister sur la nécessité d’éviter et réduire l’artificialisation avant de parler de compensation ;
  • Tenir compte de la variété des territoires ;
  • Intensifier l’accompagnement des élus locaux par l’Etat, et améliorer la mise à disposition des collectivités des compétences et ingénieries nécessaires à l’atteinte de l’objectif Zéro artificialisation nette ;
  • Faire évoluer le paradigme du contrôle de l’action des élus à celui de l’accompagnement et de la régulation ;
  • Là où c’est possible et souhaitable, densifier plutôt qu’étendre les villes ;
  • Intégrer dans les documents d’urbanisme que la lutte contre l’artificialisation des sols est un objectif majeur et non plus optionnel ;
  • Intensifier la formation des élus et faire évoluer la culture des experts en accompagnement des collectivités vers une culture d’évitement de l’artificialisation des sols ;
  • Communiquer auprès des élus sur leurs compétences en matière de lutte contre l’artificialisation ;
  • Communiquer auprès de l’opinion publique pour améliorer sa compréhension des enjeux et éclairer ses choix.

Close