Nos recommandations au Gouvernement pour mieux encadrer le CETA

Nos recommandations au Gouvernement pour mieux encadrer le CETA

Nos recommandations au Gouvernement pour mieux encadrer le CETA

Avec les députés du groupe La République En Marche !,  nous avons adressé début octobre au Premier ministre Edouard Philippe un ensemble de recommandations concernant l’accord de libre-échange « CETA » signé entre la France et le Canada et entré en vigueur de façon provisoire le 21 septembre dernier.

Devant les nombreuses interrogations soulevées par le CETA, nous avons décidé avec mes collègues du groupe LREM de prendre toute notre part dans ce débat. Pour cela, un groupe de travail de 18 membres, dont je fais partie, a été constitué sous la responsabilité de Jacques Maire, député de la 8ème circonscription des Hauts-de-Seine.

Notre groupe de travail s’est fixé pour objectif principal de s’assurer que l’ensemble des garanties soient réunies pour aboutir à un accord profitable à la France. Il nous importe que la mise en œuvre du CETA, dans ses dispositions potentiellement risquées, soit mise sous contrôle.

La lettre adressée le 18 octobre au Premier ministre comporte 28 propositions concrètes qui s’articulent autour d’objectifs spécifiques :

  • Introduire une véritable transparence dans la mise en œuvre du CETA et de son évolution.

  • Corriger le manque d’ambition du traité en matière environnementale, sanitaire et climatique.

  • Porter une attention particulière à la filière viande bovine, d’une part dans les études d’impact et d’autre part dans les mesures d’accompagnement en cas de perturbation des marchés.

  • Prévoir d’ores et déjà des garanties supplémentaires pour les futurs accords de libre-échange

J’ai eu l’occasion d’entendre dans la société, et notamment dans la 14e circonscription, des inquiétudes légitimes sur les conséquences du CETA. Il était essentiel d’y apporter une réponse en tant que députée et de m’associer à l’élaboration de recommandations qui contribueront au plan d’action du Gouvernement.

La mise en œuvre du CETA, premier des accords de nouvelle génération, devra être exemplaire tant en matière de transparence que de limitation des risques sanitaires et environnementaux.

Retrouvez-ici l’ensemble des recommandations que nous avons adressées à Edouard Philippe concernant l’entrée en vigueur du CETA :

 

Sur la même thématique ...

Close